UNE ANNEE ETRANGERE (Brigitte GIRAUD)

Auteur de la notice : Béatrice DURAND

1. Références bibliographiques

Brigitte Giraud, Une année étrangère, Paris, Stock, 2009 (Le Livre de Poche, 2011 ; édition en français annotée pour le FLE : Une Année étrangère, Stuttgart, Klett, 2012)

Résultat de recherche d'images pour "brigitte giraud année étrangère"

Résultat de recherche d'images pour "brigitte giraud fremde jahr Klett"

Traduction allemande : Das fremde Jahr, Fischer, 2013.

2. Mots-clefs

séjour au pair – différence culturelle – crise d’adolescence – secrets de famille – histoire allemande

3. Indications bio-bibliographiques

Brigitte Giraud est née en 1960 à Sidi-Bel-Abbès en Algérie. Outre Une Année étrangère, elle est l’auteur de plusieurs romans : La Chambre des parents (Fayard, 1997), Nico (Stock, 2004), J’apprends (Stock, 2005), Pas d’inquiétude (Stock, 2011) et Avoir un corps (Stock, 2013 ; d’un récit, À présent (Stock, 2001) ; et de recueils de nouvelles, L’amour est très surestimé (Stock, 2007) pour lequel elle a obtenu le Goncourt de la nouvelle, et Avec les garçons (J’ai lu, 2010). L’Année étrangère reprend la veine du roman d’apprentissage déjà explorée avec J’apprends.

4. Résumé

Très bref :

Laura, la narratrice, a décidé de partir comme jeune fille au pair dans une famille allemande. Elle partage pendant six mois la vie de la famille Bergen, « quarante ans après la fin de la guerre », dans une ville du nord de l’Allemagne (RFA) jamais nommée, mais présentée comme « un port de la mer Baltique » ou « la ville natale de Thomas Mann » (Lubeck). Le roman raconte son apprentissage de la langue et de la vie allemande, mais aussi sa découverte d’un secret de famille qui remonte à la seconde Guerre mondiale et qui lui fait toucher du doigt une histoire qui la fascine, mais avec à laquelle elle n’a pas d’accès direct.

Plus long :

En proie à une crise profonde, Laura a interrompu son année de terminale et renoncé à passer son bac. Elle fuit une famille endeuillée par la mort accidentelle de son petit frère, elle fuit des parents qui se déchirent et se rejettent la responsabilité de ce décès. Son séjour à Lubeck est daté du milieu des années 1980, « près de quarante ans après la fin de la guerre ». Elle découvre une famille allemande moins corsetée que sa famille française, pas obsédée par le rangement, la propreté, le travail ou le rendement. Les rôles familiaux ne lui semblent pas bien définis, elle a du mal à comprendre ce que l’on attend d’elle et à trouver sa place entre les parents et les deux enfants.

Le malaise de l’étrangeté et de l’incompétence linguistique se superpose ainsi au malaise de l’adolescence. Mais, curieusement, le premier relativise le second et lui permet de surmonter la crise qui l’a poussée à quitter sa famille.

Laura fait aussi la connaissance du père de Monsieur Bergen, vieux monsieur distingué qui parle français : officier de la Luftwaffe à Paris pendant l’Occupation, il a eu une liaison et un enfant avec une femme française. Mais cette union était socialement impossible dans la France de l’après-guerre : sa compagne a été tondue à la Libération et les a quittés, lui et l’enfant. Il est rentré en Allemagne avec son fils. En aidant à ranger l’appartement qu’il quitte pour s’installer dans une maison de retraite, Laura tombe sur une édition de Mein Kampf. Fascinée, elle l’emporte pour le lire.

Madame Bergen est atteinte d’un cancer. Alors qu’elle est partie rendre visite à ses parents qui habitent en RDA, son mari fait des avances à Laura. Elle en éprouve un mélange de dégoût et d’attirance. L’attention que lui porte cet homme adulte répond à une aspiration. En raison de sa position de jeune fille au pair et de la maladie / des absences de la mère de famille, Laura a été un peu poussée à la remplacer. Mais elle trouve la force de remettre Monsieur Bergen à sa place et éprouve un sentiment de soulagement d’avoir trouvé sa juste place. Au terme du roman, elle a le sentiment d’avoir surmonté la crise personnelle et le deuil qu’elle avait fui en partant en Allemagne.

5. Analyse imagologique

Récit d’un apprentissage culturel

Une année étrangère est un roman autobiographique dans les deux sens du terme, par sa forme – un roman à la 1ère personne – et probablement par sa matière. Brigitte Giraud a raconté dans un entretien antérieur à la parution de L’Année étrangère accordé au Matricule des Anges (84, juin 2007, p.16) avoir été jeune fille au pair à Lubeck en 1981, dans « une famille de fous furieux qui devient avoir beaucoup de fric. Ils habitaient une maison immense où cinq ou six télévisions étaient allumées en permanence ». À la fin de son séjour à Lubeck, on lui a proposé de tenir la librairie du théâtre, où elle a « entendu tout Beckett en allemand ». Brigitte Giraud a fictionnalisé une expérience qui a été la sienne. Elle était un peu plus âgée que son personnage (elle avait 21 ans, Laura en a 17). Et on peut penser qu’elle a considérablement adoucit le portrait de la famille d’accueil, dont elle donne une image plutôt sympathique et dépourvue de ressentiment dans le roman.

Une année étrangère est un roman d’apprentissage : « Disons pour simplifier que mon dessein officiel est de perfectionner mon allemand […] Je suis là pour apprendre. Alors ne perdons pas de temps. J’y suis, consentante. Et dès le premier instant, malgré le sommeil qui me guette, j’apprends. J’apprends qu’on ne marche pas sur la glace en baskets. J’apprends que malgré quatre heures d’allemand hebdomadaires depuis plusieurs années, je ne comprends pas une phrase en entier » (p.10-11). Le roman est le récit minutieux– presque le journal– d’un processus progressif d’apprentissage linguistique et culturel. La narratrice enregistre ses incertitudes et ses progrès linguistiques, mais aussi ses incertitudes dans l’interprétation des situations interpresonnelles, des attentes de la famille d’accueil à son endroit et de l’image que les autres ont d’elle. Elle enregistre l’embarras (p.15) ou la solitude (p.151) auxquels la condamnent son incompétence linguistico-culturelle. Le choix d’un roman à la première personne et d’une narration au présent, un style où domine la parataxe, la mention régulière des mots allemands nouvellement appris (toujours suivis d’une traduction française) contribuent à l’impression d’un journal de bord, presque d’un journal ethnographique. Au cours du roman, Laura apprend à également vivre avec l’incertitude qu provoque le fait d’être étranger et elle découvre l’apaisement intérieur et la liberté paradoxale que lui procure sa situation. Au terme du roman, le choc culturel et la crise personnelle sont surmontés. Le roman est le récit d’une remédiation par le dépaysement.

L’ Allemagne et les Allemands

L’Allemagne et la vie allemande sont décrites au prisme d’une subjectivité à la fois modeste et globalement bienveillante. La narratrice s’abstient de juger, même ce qui lui déplait de prime abord. Elle enregistre des impressions qu’elle ne formule jamais comme des jugements absolus.

L’Allemagne comme lieu géographique se présente d’abord à elle comme un lieu plutôt inhospitalier : un paysage enneigé dans la nuit de l’hiver (il fait encore nuit quand Laura doit accompagner la fille de la maison au bus scolaire). Ce paysage s’éclaire avec l’arrivée du printemps. Il y a très peu de pittoresque dans l’évocation de « la ville de Thomas Mann » : le roman, centré sur la vie intérieure, ne mentionne qu’une fois « la porte principale de la ville fortifiée » […] la place du Parlement » (p.130-131) et « un gâteau, tout en crème et “Marzipan” (pâte d’amandes), la spécialité de la région » (p.131).

Par contraste avec sa propre famille, elle perçoit la famille Bergen comme beaucoup plus désorganisée, presque laxiste. Elle met un certain temps à s’habituer à leur rythme nonchalant, à leur façon de vivre au jour le jour. Réaffirmé d’un bout à l’autre du roman, le contraste entre la vie de cette famille allemande des années 1980 et la famille très corsetée de la narratrice prend le contre-pied d’un stéréotype bien ancré, mais il paraît très plausible.

L’ Allemagne, lieu symbolique de l’accès à l’histoire

Laura aborde son séjour en Allemagne munie de quelques repères littéraires. Au début de son séjour, elle entreprend de lire La Montagne magique de Thomas Mann, dont elle espère une sorte de clef de la culture allemande : « …je retrouve soir après soir Hans Castorp […] dont le périple va me permettre de plonger en langue allemande et dans l’histoire allemande […] espérant qu’il va me détourner de mon passé et me faire supporter mon présent » (p.58-59).

Un jour, la famille d’accueil l’emmène faire une promenade près de la frontière inter-allemande où elle « éprouve […] soudain le poids de l’histoire » à la vue des barbelés (p.57). Accompagnant à la gare Madame Bergen qui part rendre visite à ses parents en RDA, elle prend la mesure des conséquences pour les familles de la division de l’Allemagne.

C’est en la personne de Monsieur Bergen père, acteur et témoin d’une époque révolue, qu’elle entre en contact avec la période la plus taboue de l’histoire allemande. Laura insiste sur l’émotion et la curiosité fascinée que provoque en elle la rencontre avec ce vieux monsieur et la découverte de Mein Kampf dans sa bibliothèque. Le passé familial des Bergen lui donne accès à une histoire tragique. Elle ne juge pas, elle mesure à quel point cette histoire est douloureuse et complexe quand elle la trouve incarnée dans le personnage de Monsieur Bergen père.

Cette fascination pour l’histoire allemande qui confine au voyeurisme est un affect qui rapproche Laura d’autres personnages de romans français des années 2000 (le narrateur de Cercle de Yannick Haenel [2007], de L’Origine de la violence de Fabrice Humbert [2009] ou du Secret Gretl de Marie-Odile Beauvais [2009]). L’intrigue de leurs romans respectifs les envoie en Allemagne pour leur faire du toucher du doigt ce concentré d’histoire du XXe siècle qu’est l’histoire allemande.

5. Bibliographie sélective

– Thierry Guichard, « L’Art du détail », Le Matricule des Anges 84 (juin 2007), p.14-23 (interview de Brigitte Giraud)

– Norbert Czarny, « Laura apprend », La Quinzaine littéraire 998 (1er septembre 2009), p.10

– Victor Pouchet, « À la frontière », Le Magazine littéraire 489 (septembre 2009).

– Anne Procureur, « Une Année étrangère », La Revue littéraire 41 (septembre 2009)

– Yvette Young, « Une Année étrangère », French Review LXXXIV (2010/2011), p.613-614


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.