Les Cinq Cents Millions de la Bégum (Jules VERNE)

Auteur de la notice : Béatrice DURAND

1. Références bibliographiques

Jules Verne, Les Cinq Cents Millions de la Bégum, 1879

Paris, Hetzel, 1879, édition illustrée avec les gravures de Benett.

L’édition du Livre de Poche (LGF), 2002, citée ici, reprend la pagination et les gravures de l’édition Hetzel.

Les Cinq Cents Millions de la Begum (Le Livre de Poche)

2. Mots-clefs

inimitié séculaire – revanche – utopie / dystopie – armement – secret industriel – psychologie des peuples racialiste

3. Indications bio-bibliographiques

Destiné à reprendre l’étude de notaire de son père, Jules Verne (1828-1905) a fait des études de droit, qu’il abandonne pour se tourner vers la littérature. Il écrit d’abord des vaudevilles pour les scènes parisiennes. La rencontre avec l’éditeur Hetzel l’incite à écrire les romans d’aventure et d’anticipation pour lesquels il est devenu célèbre. Sans formation scientifique au départ, il était un autodidacte très bien informé dans beaucoup de domaines : science, médecine, technologie, politique. Sa compétence juridique se manifeste au début des 500 Millions de la Bégum par la précision technique avec laquelle il évoque la succession de la Bégum Gokool.

Quand il publie Les 500 Millions de la Bégum sous son nom, Jules Verne reprend en fait un roman inachevé d’André Laurie (pseudonyme de l’ancien communard Paschal Grousset) qu’Hetzel lui avait demandé d’achever. On trouve déjà dans L’héritage de Langévol, dont manuscrit est conservé dans les archives Hetzel, l’idée de l’héritage faramineux et la création des deux cités concurrentes. Jules Verne n’a pas substantiellement modifié le manuscrit de Laurie, il a simplement ajouté le chapitre dans lequel Marcel et Octave retrouvent Schultze asphyxié et congelé dans son bureau. Il n’existe pas de manuscrit du texte définitif des 500 Millions de la Bégum, à l’exception du chapitre ajouté. Dans la version publiée sous le nom de Jules Verne, Marcel Chamerot est devenu l’Alsacien Marcel Bruckmann. Laurie / Jules Verne se sont inspirés l’un et l’autre d’un de Hygiea. A City of Health (1876), ouvrage du médecin hygiéniste Benjamin Ward Richardson. Membre de la Royal Society, Richardson avait participé en 1875 à un congrès d’hygiène à Brighton. Le roman lui emprunte non seulement l’évocation du congrès, mais aussi la conception de France-Ville, la cité idéale, car conforme aux règles de l’hygiène (Dehs, 1997, Gondolo della Riva 2009, pour toutes les informations sur la genèse du roman).

4. Résumé

Alors qu’il participe à un congrès médical à Brighton en Angleterre, le médecin français Sarrasin apprend qu’il hérite la somme faramineuse de 500 millions de francs d’une princesse indienne, la Bégum Gokool (ch. I-III). Mais un autre héritier, un Allemand, professeur de chimie à l’université d’Iéna, fait valoir ses droits. L’héritage est partagé (ch. IV). Herr Schultze et Sarrasin décident l’un et l’autre d’employer leur part à construire en Oregon une cité nouvelle correspondant à leur idéal. Sarrasin crée selon des principes hygiénistes une « cité du bien-être » qu’il baptise France-Ville. Schultze, convaincu que ce projet français, conçu par un cerveau de « race latine » est voué à l’échec, construit Stahlstadt, la cité de l’acier – un complexe industriel géant voué à la production de canons (ch.V ). Schultze ne fait pas mystère de son projet de détruire France-Ville.

Marcel Bruckmann, jeune et brillant ingénieur d’origine alsacienne ayant quitté l’Alsace annexée en 1870, ami d’Octave le fils de Sarrasin et amoureux de sa fille Jeanne, se fait embaucher sous un faux nom à Stahlstadt pour en observer l’organisation et en percer les secrets industriels. (ch. VI et VII). En raison de son talent, Marcel est rapidement remarqué par Schultze qui en fait son plus proche collaborateur. Schultze lui révèle alors son arme secrète, un canon géant propulsant un obus rempli de gaz asphyxiant (ch.VIII). Il lui révèle aussi le jour et l’heure où il projette de détruire France-Ville et lui annonce qu’il va mourir, puisqu’il est désormais dépositaire de ses plans secrets. Marcel réussit à quitter Stahlstadt en déclenchant un gigantesque incendie (ch.IX).

Curieusement, le projet de détruire France-Ville est annoncé dans la presse. Marcel réussit à regagner France-Ville et confirme la menace (ch.XI). On évacue la population, les hommes sont mobilisés. Marcel, cependant, comprend par ses calculs que Herr Schulze s’est trompé dans ses prévisions balistiques : l’obus est trop lourd, il ne tombera pas sur France-Ville, mais quittera l’attraction terrestre pour se mettre en orbite. Ce qui se produit effectivement (ch. XII). Depuis l’incendie, toute l’activité de Stahlstadt a progressivement cessé, les ouvriers et habitants semblent avoir quitté la cité. Herr Schultze lui-même a disparu et son entreprise est en cessation de paiement, ce qui provoque une crise boursière (ch. XIII-XV). Marcel et Octave s’introduisent dans Stahlstadt désertée et découvrent Herr Schultze dans son bureau secret, asphyxié et congelé par le dispositif de défense qu’il avait lui-même conçu : la pression à l’intérieur de l’obus était trop forte et elle a fait éclater l’enveloppe de verre qui contenait le gaz toxique sous forme liquide. Le gaz était à la fois asphyxiant et réfrigérant. Marcel et Octave retrouvent sous la main de Schultze l’ordre d’anéantir France-Ville qu’il s’apprêtait à signer (ch. XVI-XVIII).

Tout est bien qui finit bien. Marcel épouse Jeanne. Sarrasin et Marcel reprennent Stahlstadt et en font une usine modèle : « … l’exemple de France-Ville et de Stahlstadt, usine et cité modèles, ne sera pas perdu pour les générations futures » (p.242, mot de la fin).

5. Portée imagologique : images de l’autre et de soi

Beaucoup de commentateurs (Martin, 1971 ; Schmidt, 1995 par exemple) se sont focalisés sur la dimension prophétique du roman : le canon géant de Schultze anticipe la grosse Bertha, l’obus rempli de gaz toxique les gaz de la première guerre mondiale ; Stahlstadt est un camp de travail où la technologie est utilisée à des fins destructrices ; Schultze avec ses fantaisies racistes et exterminatrices préfigurerait Hitler. Cet aspect de la réception du roman est en soi un phénomène imagologique intéressant : ces commentaires, postérieurs à la Seconde Guerre mondiale, lisent le roman comme une anticipation vérifiée. Jules Verne aurait anticipé non seulement les prouesses techniques du XXe siècle, mais aussi ses crimes. C’est le sens du commentaire radiophonique tout empreint de honte et de culpabilité d’Arno Schmidt en 1965 (cf. infra) : les crimes allemands étaient annoncés et presque décrits dans le roman ; il contenait des mises en garde à l’adresse des Allemands et ces mises en garde n’ont pas entendues. Les autres commentateurs n’échappent pas non plus à la fascination pour la “justesse” de l’anticipation. Voswinckel (2019) relève la mise en garde éthique contre le mauvais usage de la science et de la technologie.

Cette fascination, par ailleurs tout à fait justifiée et en elle-même significative même si on peut la trouver trop téléologique, explique qu’à l’exception de Wolfgang Leiner (1987, 1992), on se soit moins intéressé aux représentations imagologiques que véhicule le roman, paru en 1879 dans une France encore sous le choc de la défaite de 1870.

Le congrès international, miroir des peuples

Le congrès de médecine par lequel débute le roman est l’occasion de caractériser les participants par leurs types nationaux. Déclinant les attributs des uns et des autres, le récit du congrès reprend la tradition des « miroirs » ou « trésors » des peuples, comme il en existe depuis la Renaissance. Il illustre une psychologie des peuples correspondant à des représentations partagées et légitimées par la science du moment. De fait, tout en faisant miroiter l’idéal d’une coopération scientifique internationale, le congrès est l’occasion d’exposer de manière caricaturale les défauts des Anglais et surtout des Allemands, qui servent ainsi de faire-valoir aux Français.

Les Anglais, hôtes du congrès, sont montrés comme obsédés par toutes les marques de distinction sociale – richesse ou titres nobiliaires. Sarrasin est blessé de n’être pris sérieux par Lord Glandover, le président du congrès, qu’à partir du moment où il a fait cet héritage extraordinaire – et non pas pour ses découvertes scientifiques. Il est également vexé que Glandover prête à son projet de cité idéale des mobiles cupides (il pourrait vouloir spéculer sur la valeur des terrains, ch.III, p.43). Le personnage de Mr. Sharp, le sollicitor qui a retrouvé en Sarrasin l’héritier de la Bégum, est présenté comme un « trop bon courtisan », cupide, lui aussi, et désireux de toucher une commission sur un titre nobiliaire dont il connaît la valeur marchande (ch.I, p.18). Il entrevoit aussi très vite tout le profit qu’il peut retirer de la concurrence entre Sarrasin et Schultze (ch.IV, p.52). Le roman signale l’insistance avec laquelle les Anglais se croient obligés de donner à tous les participants étrangers leur titre dans leur langue [Signor, Herr, Monsiou], insistance d’autant plus ridicule qu’ils les prononcent mal (p.10). Sarrasin, pour qui seules comptent les réalisations intellectuelles, s’en irrite.

Les personnages d’Allemands sont encore moins flattés. Le roman est une charge revanchiste. Un « Dr. Ovidius de Berlin » participant au congrès est présenté comme un intrigant qui ne fait semblant d’être aimable avec Sarrasin qu’à partir du moment où la nouvelle de l’héritage se répand.

C’est surtout Herr Schultze, « ‘privat docent’ de chimie à l’université d’Iéna, connu par ses nombreux travaux comparatifs sur les différentes races humaines – travaux où il était prouvé que la race germanique devait les absorber toutes » (ch.4, p.60), qui cumule tous les défauts. Son portrait physique fait ressortir une combinaison de médiocrité et de cruauté : « …il ne présentait à première vue rien d’extraordinaire. C’était un homme de quarante-cinq ou six ans, d’assez forte taille ; ses épaules carrées indiquaient une constitution robuste ; son front était chauve et le peu de cheveux qu’il avait gardé à l’occiput et aux tempes rappelaient le blond filasse. Ses yeux étaient bleus, de ce bleu vague qui ne trahit jamais la pensée. Aucune lueur ne s’en échappe, et cependant on se sent gêné sitôt qu’ils vous regardent. La bouche du professeur Schultze était grande, garnie d’une de ces doubles rangées de dents formidables qui ne lâchent jamais leur proie, mais enfermée dans des lèvres minces, dont le principal emploi devait être de numéroter les paroles qui pouvaient en sortir. Tout cela composait un ensemble inquiétant et désobligeant pour les autres, dont le professeur était visiblement très satisfait pour lui-même » (ch.III, p.45). Le motif des dents, « les 32 dominos de sa mâchoire » revient à plusieurs reprises (p.114 et 124) pour souligner le caractère prédateur du personnage, emblème de l’expansionnisme allemand. Schultze a aussi un sens exagéré de la ponctualité : il rudoie le domestique qui lui apportait son dîner quatre minutes avant l’heure. Ses goûts alimentaires le portent vers une nourriture peu raffinée et son mobilier est dépourvu de goût. Par son bon sens terre à terre et ses manières directes, il déconcerte Sharp, le sollicitor britannique tout en ronds de jambes et précautions oratoires (p.56). À Stahlstadt, il est un patron autocratique. Il ne voit dans la production d’armes géantes que le moyen d’assurer l’hégémonie allemande. Il croit à la supériorité de la race germanique et à sa vocation à dominer le monde : au moment où il apprend l’existence de l’héritage, il était en train d’écrire pour les Annalen für Physiologie un article intitulé « Pourquoi tous les Français sont-ils atteint à des degrés différents de dégénérescence héréditaire ? » (ch.III, p.46). Il se complait dans des fantaisies exterminatrices, car la race germanique a vocation à absorber les autres races ou à les détruire. Bref, il est une incarnation du mal.

Stahlstadt, sa création, n’est qu’une métonymie de son caractère. Les commentateurs ont relevé son caractère dystopique et infernal. C’est un camp de travail dans lequel tout, y compris le bien-être et la vie des ouvriers, est subordonné et sacrifié à la production d’armes de destruction massive. Dans le journal qu’il tient pendant son séjour à Stahlstadt, Marcel décrit avec un mélange d’admiration et d’horreur les installations industrielles et l’organisation du travail, qui vérifient « l’excellence des principes de Stuart Mill » (l’utilitarisme, p.84). 30.000 employés, allemands pour la plupart (les Allemands étant les meilleurs travailleurs), travaillent dans des conditions quasi concentrationnaires. Marcel constate que Stahlstadt ne respecte pas cette valeur fondamentale qu’est la liberté dans la jeune société américaine et que la dignité humaine y est bafouée (p.70). Détournement original d’un stéréotype bien connu, le roman attribue l’excellence des procédés industriels et la perfection dans l’organisation du travail au « sentiment musical inné » (p.82) des Allemands. La gravure de Benett (p.66), avec sa perspective centrale sur des alignements de cheminées d’usine à l’infini et son petit personnage au premier plan donne la mesure du gigantisme de Stahlstadt. Les gravures représentant les canons et les missiles soulignent aussi leur disproportion par rapport aux personnages. Jules Verne se souvient là de la présentation des nouveaux canons Krupp, à laquelle il a assisté lors de l’exposition universelle de Paris en 1878. Marcel constate cependant qu’en matière de savoir-faire industriel, Schultze n’a rien inventé, qu’il s’est contenté de reprendre les idées des autres en leur donnant une ampleur inédite. Schultze n’est donc pas un créateur, il n’est qu’un contrefacteur. Une fois admis dans son intimité, Marcel s’amuse à le provoquer sur le sujet (p.120).

Herr Schultze est flanqué de deux gardes du corps, Sigimer et Arminius, auxquels Jules Verne a donné deux vieux noms germaniques – Arminius était le chef germain qui a défait les légions de Varus et Sigimer son père. Dans le roman, ce sont deux brutes épaisses, qui ne savent qu’obéir et mettre leur force au service du maître. Ils incarnent la continuité d’une brutalité et d’une discipline germanique censément venue du fond des âges.

Un Italien, le docteur Cicogna de Naples, n’est caractérisé ni en bien ni en mal.

La méchanceté caricaturale de Schultze est un faire-valoir commode de l’excellence des personnages de Français : le Dr. Sarrasin et Marcel Bruckmann, jeune Alsacien qui a choisi d’émigrer en France par patriotisme après l’annexion de l’Alsace par l’Allemagne en 1871.

Sarrasin est régulièrement désigné comme « le bon docteur » ou « l’excellent homme » (p.20). Homme de science, il a aussi des qualités morales. Il est désintéressé, insensible au prestige de la naissance et de la richesse. Sincèrement philanthrope, il considère que l’homme de science fortuné qu’il est devenu se doit au service de l’humanité. Le plus souvent, il présenté comme un représentant de la « race latine », mais parfois aussi comme un « celte léger, mobile, et, bien certainement, visionnaire » (p.60), ce qui l’oppose à la lourdeur germanique de Schultze.

Marcel, son futur gendre, est un modèle d’énergie et d’enthousiasme intellectuel. Ancien élève à Centrale, il a eu une influence favorable sur Octave, son condisciple et fils de Sarrasin. Il est à la fois intellectuel et sportif. Il incarne une morale du travail et de l’effort. Il interprète la défaite de 1871 comme la sanction des fautes de la génération précédente et entend les réparer : « C’est à la jeunesse française […] de réparer les fautes de ses pères, et c’est par le travail qu’elle peut y arriver » (p.24). Marcel se sent investit d’une mission patriotique : régénérer le pays par son énergie, son intelligence et son travail. Il est prêt à tous les sacrifices patriotiques : après s’être volontairement engagé en 1870 et avoir été blessé, il propose, dans un premier temps, à Sarrasin d’utiliser l’héritage pour payer une partie des réparations de guerre. C’est lui qui fait remarquer que les 500 millions – la somme n’a pas été choisie au hasard par Jules Verne – correspondent à 10% des 5 milliards de francs-or que la France était condamnée à payer à l’Allemagne par le Traité de Francfort (1871). Par la suite, il met toute sa compétence et son énergie au service du projet utopique de son futur beau-père. Courageux et perspicace, il risque sa vie pour approcher Schultze.

 Une revanche sur le terrain des valeurs et du style de vie

L’opposition manichéenne des bons Français et des méchants Allemands illustre parfaitement les mécanismes psychologiques de réaction à une défaite militaire observés par Wolfgang Schivelbusch dans Die Kultur der Niederlage (2002) ou par Michaël Jeisman dans Das Vaterland der Feinde (1992). Infléchir les images de son groupe et de l’autre dans la fiction contribue à la restauration de l’estime collective de soi. Faire « de l’adversaire l’incarnation du mal » (Schivelbusch 2002 41) est une manière pour le perdant de restaurer sa dignité (ibid. 29) et de « transformer la défaite militaire en triomphe moral » (Jeismann 1992, 201 – cité dans Schivelbusch 2002, 146). La restauration du moi collectif français s’opère d’abord sur le terrain des valeurs. Par rapport au personnage de l’Allemand, défini par sa volonté de détruire des peuples entiers, les personnages de Français incarnent des valeurs sociales et morales irréfutables potentiellement universelles : la poursuite du bien-être collectif, la créativité intellectuelle et l’engagement individuel au service de la société.

Comme c’est aussi le cas dans d’autres “romans de la revanche”, Colette Baudoche de Barrès (1905) par exemple, la restauration de l’image de soi s’opère aussi sur le terrain de l’esthétique et du style de vie. D’où l’insistance, par opposition au raffinement français, sur la nourriture lourde qu’apprécie Schultze, – Wurst, choucroute et bière qui dégoûtent Marcel ; sur l’absence de goût – Schultze est incapable d’apprécier « une très jolie pendule de Barbedienne, singulièrement dépaysée au milieu des meubles vulgaires qui l’entouraient » (p.45) – dont le roman laisse d’ailleurs entendre qu’il s’agit d’un butin de guerre ; sur son absence de manières et sa grossièreté – il rudoie son domestique, il choque les Anglais par ses façons trop brutales. Les Allemands ont gagné la guerre. Mais les Français – dans l’image que la fiction leur renvoie d’eux-mêmes – triomphent sur le terrain des ressources morales et du raffinement des mœurs. Aucune des caractéristiques prêtées aux uns et aux autres ne sont nouvelles. Ce sont de stéréotypes anciens, mais ils sont ici réactualisés comme instrument d’une revanche morale et esthétique.

Une conception raciale de l’identité des peuples partagée

Schultze est l’incarnation d’un suprématisme allemand agressif, ce en quoi il se considère comme un agent accomplissant les volontés de la “nature” : « … il était clair que lui, Schultze M.D., “privat docent” de chimie à l’Université d’Iéna, connu par ses nombreux travaux comparatifs sur les différentes races humaines – travaux où il était prouvé que la race germanique devait les absorber toutes – il était clair enfin qu’il était particulièrement désigné par la grande force constamment créative et destructrice de la nature, pour anéantir ces pygmées qui se rebellaient contre elle » (p.60). Il ambitionne « la destruction de tous les peuples qui refuseraient de se fusionner avec le peuple germain et de se réunir au Vaterland » (p.62). Dans cette perspective, France-Ville n’est qu’une « fourmilière absurde et anormale » à éradiquer. Schultze conçoit ce qui est selon lui la supériorité scientifique et civilisationnelle de l’Allemagne comme l’effet d’un déterminisme racial. En bon disciple de Gobineau, il considère que la « lutte des races » (p.53, 60) est le moteur de l’histoire. L’article anonyme paru dans Unsere Centurie, une revue allemande fictive citée dans le roman, dénigre le projet de France-Ville au seul motif qu’il a été réalisé par les ressortissants d’une race inférieure : « S’il nous est permis toutefois d’exprimer notre opinion sincère, nous n’avons qu’une foi médiocre dans le succès définitif de l’expérience. Nous y apercevons un vice originel et vraiment fatal, qui est de se trouver aux mains d’un comité où l’élément latin domine et dont l’élément germanique a été systématiquement exclu. C’est là un fâcheux symptôme. » L’article est en fait curieusement ambigu : il reconnaît les qualités du projet (choix du site avantageux en raison de son climat sain et aéré et des ressources minières, acquisition légale du terrain, travail pour les plus pauvres, etc.) et n’émet aucune critique sur le fond, comme si Jules Verne avait voulu faire reconnaître le succès irréfutable du projet par la voix de l’ennemi héréditaire. Mais l’article met en doute le succès à long terme du projet pour une raison purement extrinsèque, pour le seul motif que ceux qui l’ont conçu n’appartiennent pas à la race supérieure. Parodiant la formule de Hegel, l’auteur de l’article affirme encore que « Depuis que le monde existe, il ne s’est rien fait de durable que par l’Allemagne, et il ne se fera rien sans elle de définitif » (ch.X, p.161). Le discours pangermaniste et racialisant de Schulze et de la revue sont typiques du courant nationaliste et völkisch. Jules Verne n’a fait que radicaliser l’expansionnisme wilhelminien en lui ajoutant des fantaisies de type génocidaires (pour employer un terme anachronique).

Rétrospectivement, on comprend qu’il était tentant pour les commentateurs du XXe siècle d’y voir une anticipation des purifications ethniques à venir. Ces commentateurs omettent cependant de relever que le bon docteur Sarrasin lui-même, s’il ne partage pas les fantaisies exterminatrices de Schultze, partage au moins avec lui une psychologie des peuples selon laquelle il y a des races inférieures et des races supérieures. Sarrasin aussi est un bon disciple de Gobineau : tout le monde n’occupe pas la même position sur l’échelle du progrès, position qui n’est elle-même que la traduction civilisationnelle d’une identité raciale. Sarrasin est convaincu qu’un « goîtreux des Alpes, un Hottentot abruti » sont les « spécimens les plus dégradés de l’humanité » (p.39). Il n’a pas beaucoup d’estime non plus pour les Asiatiques et a pris la précaution de faire signer aux coolies chinois qui ont construit la ligne de chemin de fer desservant France-Ville un contrat selon lequel ils renoncent à venir vivre dans la cité du bien-être : « Précaution indispensable pour se débarrasser d’une population jaune, qui n’aurait pas manqué de modifier d’une manière assez fâcheuse le type et le génie de la cité nouvelle » (ch.X, p.150). C’est du moins ce que révèle l’article de Unsere Centurie, d’accord avec Sarrasin sur ce point. La hiérarchie des races et la détermination raciale de l’identité culturelle sont des évidences partagées, par Schultze et par Sarrasin, par Jules Verne et par toute l’anthropologie physique et culturelle de l’époque. La différence entre Schultze et Sarrasin – outre le fait que le second n’envisage pas de détruire les peuples inférieurs – est seulement qu’ils ne placent pas la même race au sommet de la hiérarchie.

Un commentaire allemand de 1965 sur le roman

Plutôt que de donner des extraits du roman de Jules Verne, on préfère citer ici le commentaire qu’en a fait Arno Schmidt en 1965. « Dichter und ihre Gesellen : Jules Verne » sont des notes en prévision d’une émission du Hessischer Rundfunk consacrée à Jules Verne dans la série « Warum ich nicht wie… schreibe » dans laquelle Schmidt présentait les romans les plus célèbres de Jules Verne. L’émission a été diffusée le 5.8.1965. On cite ici le passage consacré aux 500 millions de la Bégum. Les réflexions de Schmidt sont en quelque sorte un regard sur un regard, une lecture du roman à la lumière des événements encore récents de la période 1933-1945.

 […] Ein vom Stoff her besonders gewichtiges (und für uns peinliches) Buch sind die unter dem Eindruck von 70=71 geschriebenen „500 Millionen der Begum“ – an sich auch auf POE zurückgehend : in dessen „Park von Arnheim“ erbt der Held ein ähnliches Riesenvermögen, 450 Millionen. Während bei POE aber vom Helden nur ein subjektiv-verbindliches „paradis artificiel“ skizziert wird, hat VERNE hier 2 Vertreter der Menschheit bemüht: 1 humane Franzosen, der von seinem Anteil „Ville France“ anlegt; halb lockere Siedlung gesünder  Zukunft, halb Künstlerkolonie. Auf der andern Seite 1 Deutscher, Schulze geheißen, der „Stahlstadt“ errichtet – und da nun ist niemals so früh das finstere Panorama einer Hitler Landschaft, bis in präzise Einzelheiten hinein, gezeichnet worden; buchstäblich intuitiv; mit der Hellsichtigkeit des Hasses! Alles „Gehabte“ ist erschütternd vorhanden: der tauromorphe Diktator in seinem „Stierturm“; die wahnwitzige Ausrüstung, mit dem Rumfummeln an & Prahlen mit „geheimen Waffen“; die uniformierten, ekel von sich begeisterten Arbeiterheere, unter halbem KZ-Verschluß; und die „SS“=Typen, „Arminius & Sigimer“ – man kommt sich als Deutscher, zum Speien blöd vor, wenn man erwägt, daß dergleichen zur „Warnung“ seit 1875 vorhanden gewesen ist; sogar hunderttausendfach ins Deutsche übersetzt! (S.420-421)

5. Bibliographie sélective

Volker Dehs, « Le premier dénouement des 500 Millions de la Bégum », Bulletin de la Société Jules Verne n°123, 3ème trimestre 1997, p.39-41.

Thierry Duc, « Jules Verne et l’Allemagne dans Les 500 Millions de la Bégum », Bulletin de la Société Jules Verne n°101, 1er trimestre 1992, p.26-29.

Piero Gondolo della Riva, « Richardson, Laurie, Verne : les trois auteurs des 500 Millions de la Bégum », Bulletin de la Société Jules Verne n°169-170, 2ème trimestre 2009, p.35-55.

Michael Jeismann, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstverständnis in Deutschland und Frankreich 1792-1918, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992.

Wolfgang Leiner, « Les Cinq cents millions de la Bégum. Utopie und Deutschlandbild im Roman Jules Vernes », (in Texte, Kontexte, Strukturen. Beiträge zur französischen, spanischen und hispanoamerikanische Literatur. Festschrift zum 60. Geburtstag von Karl Alfred Blüher, Alfonso de Toro (éd.), Tübingen, Gunter Narr Verlag,  1987, p.5-20. (Repris dans, Das Deutschlandbild in der französischen Literatur, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1991, p.194-203).

Charles-Noël Martin, préface à une réédition des 500 Millions de la Bégum, Paris, Hachette, 1969, p.VII-XIV.

Wolfgang Schivelbusch, Die Kultur der Niederlage, Frankfurt a. M., Fischer, 2002 (2001).

Arno Schmidt, « Dichter und ihre Gesellen : Jules Verne », notes pour un essai radiophonique dans la série d’émissions « Warum ich nicht wie… schreibe », diffusé par le Hessischer Rundfunk le 5.8.1965, in Essays und Aufsätze 2, Bargfelder Ausgabe, Bd.3,4, 1995, p.413-425 (le passage sur les 500 Millions de la Bégum est p.420-421).

Peter Schulmann, « Jules Verne’s “Thanatopia”. Thanatos and Dystopia in Les 500 Millions de la Bégum, in Utopies. Mémoires et imaginaire, éd. Ilana Zinguer et Ruth Amar, Essen, Die Blaue Eule, 2008, p.155-166.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.