Claude Martin, La Diplomatie n’est pas un dîner de gala. Mémoires d’un ambassadeur. Paris – Pékin – Berlin

Auteur de la notice : Béatrice DURAND

Claude Martin, La Diplomatie n’est pas un dîner de gala. Mémoires d’un ambassadeur. Paris – Pékin – Berlin, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2018, 943 pages.

Résultat de recherche d'images pour "claude martin mémoires gala"
(c) Editions de l’Aube

Mots-clefs : mémoires – diplomatie – relations internationales – relations franco-allemandes – Europe

Indications biographiques

Né en 1944, Claude Martin est un diplomate français spécialiste de l’Asie et en particulier de la Chine et des questions européennes. Il a été plusieurs fois en poste à Pékin – de 1990 à1993 comme ambassadeur. Il a été ambassadeur de France en Allemagne de 1999 à 2007.

Résumé

 70 pages (p.801 à 871) d’un gros volume de mémoires sont consacrées aux années de l’auteur comme ambassadeur de France à Berlin. Nommé par Jacques Chirac, avec lequel il partage le souci de la parité franco-allemande dans les institutions de l’UE et une hostilité fondamentale à son élargissement, Claude Martin arrive à Berlin à la fin de l’année 1998. Avant sa prise de fonction officielle en avril 1999, il y passe quelques mois incognito, voyageant et apprenant l’allemand au Goethe Institut. Ses années comme ambassadeur à Berlin correspondent aux deux législatures de Gerhard Schröder (1998-2002 et 2002-2005) et au début de la première législature d’Angela Merkel (à partir de 2005). C’est pendant ses années à Berlin (en 2002) qu’est inaugurée la nouvelle ambassade de France à Berlin, construite après le déménagement du gouvernement allemand de Bonn à Berlin.

Portée imagologique, regards croisés

 Défendant une conception « régalienne »de la diplomatie, selon laquelle l’ambassadeur représente son gouvernement et fait office de « messager politique, [de] lien entre les gouvernements qu’il aid[e] à se comprendre et à dialoguer », Claude Martin se présente avant tout comme un médiateur, mettant en contact dirigeants politiques et économiques, artistes et acteurs culturels. Il est ainsi l’artisan du rapprochement entre Gerhard Schröder et Jacques Chirac, appelés à succéder au couple historique Kohl-Mitterand, alors même que les nouveaux partenaires n’avaient au départ pas d’atomes crochus et pas la même couleur politique.

Claude Martin propose une image ouverte et amicale de l’Allemagne, nourrie de sa connaissance des acteurs. Il met en avant la compétence des dirigeants tant politiques qu’économiques, la capacité allemande à vendre ses produits et son savoir faire industriel et le développement – ignoré par les Français – de la présence culturelle de l’Allemagne dans le monde (en Chine qu’il connaît bien notamment). Symétriquement il déplore le manque de curiosité des dirigeants français : « Beaucoup de nos hommes politiques venaient à Berlin pour quelques heures comme pour remplir un devoir, sans écouter ce qu’on leur disait, sans ouvrir vraiment les yeux sur ce qu’on leur montrait » (p.867). Il critique l’absence d’une volonté de concertation industrielle et commerciale de la part de acteurs français et dénonce un certaine arrogance française bercée par l’illusion d’une supériorité politique et culturelle naturelle de la France.

 Ce livre est plein d’anecdotes personnelles – comme le refus de Valéry Giscard d’Estaing de partager son prix Charlemagne (2003) avec « son ami » Helmut Schmidt – et très libre de ton dans ses jugements sur les personnes et les politiques. En revanche, les – rares –caractérisations plus générales, plus abstraites de « l’Allemagne » sont très conventionnelles – et toujours positives : au début de son séjour, l’auteur dit vouloir « mieux comprendre l’âme allemande » et faire un Bildungsreise qui « appartenait à la tradition germanique, celle qu’avait chantée tous les auteurs romantiques (p.803). Il admire « les charmants paysages de la Westphalie et de la Rhénanie. La Ruhr, libérée du charbon, était redevenue une terre de collines, allongée autour de la pimpante rivière qui lui avait donné son nom. Plus loin, sur la route du sud, venaient des coteaux couverts de vignes, des forêts, des abbayes » (p.852). Il est significatif que, dans son souci de ne pas froisser, il s’interdise toute considération sur le passé allemand, qui n’apparaît que sous la forme d’une citation, dans les propos d’un interlocuteur allemand expliquant pourquoi l’Allemagne veut entretenir de bonnes relations avec les « les petits pays » au sein de l’UE :« Nous, Allemands, ne pouvons pas nous le permettre, compte tenu de notre passé » (p.827).

Ce qui n’est sans doute qu’une forme de courtoisie prudente ne l’empêche pas de relever à l’occasion une tendance à l’auto-caricature : dans leurs pavillons respectifs à l’exposition universelle de Shanghai (2010), il ironise sur le fait que l’Allemagne se présentait comme une « terre d’ingénieur », alors que la France vantait exclusivement ses mérites comme le « pays de l’art de vivre et de la gastronomie » (p.899).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.